Netflix & chill, tsé

L’automne est arrivé depuis un bout et les journées froides et grises à passer en dedans se multiplient depuis. Une chance que Netflix est là pour nous accompagner dans nos journées lazy ou toutes les raisons sont bonnes pour éviter de faire le ménage. Voici mes trois coups de cœur;

The Get Down

(source: hitfix.com)

J’ai adoré, pis pas juste parce que c’est une série créée par Baz Lurchamn (Moulin Rouge, Roméo et Juliette, etc). J’ai trouvé ça super original. Ça nous ramène dans le Bronx en 1977. On parle de vrais événements qui se sont passés à NY dans les 70s, comme la panne d’électricité générale, le crime organisé, pis toute la patente: drogue, politique, racisme, religion. Les jeunes ados qui veulent changer le monde par le biais de l’art et de la musique.

Je suis une fan de hip-hop, donc d’apprendre sur l’éclosion de ce genre de musique et de voir un jeune Grandmaster Flash s’amuser sur les tournes-disques dans une scène très underground, avant que son Hit The Message soit sur la map, ça me rend très heureuse.  En plus, Nas est un des producteur exécutifs et il a même écrit les paroles de quelques chansons. Le fils de Will Smith, Jaden, joue son propre rôle version 70s, ce qui est aussi très divertissant.

La musique est vraiment bonne! J’écoute la trame sonore plus souvent que je devrais, et je me suis tapée la série 3 fois depuis sa sortie. J’ai pas honte de le dire. Si vous avez aimé le travail de Baz, vous allez sans doute aimer cette série. La deuxième partie arrive quelque part en 2017 et j’ai ben hâte!

Coup de coeur: les chansons et comment l’histoire de NY est présentée.
Déception: Le premier épisode est un peu trop long.

PS: la série a un budget de 120 millions de dollars. Elle est en deux parties. Il y a présentement 6 épisodes d’environ 1h00. J’attends avec impatience les six autres.

Gilmore Girls

(source: gilmorenews.com)

C’est un incontournable pour moi. Dès que l’été s’achève et que l’automne débute, je dois me claquer ce classique. Quand j’écoute ça, j’ai juste envie de déménager dans une petite ville dans l’fond du Connecticut là où il fait toujours frais, avec des habitants tout droit sortis d’un film de Hitchcock. C’est une série parfaite quand on a envie de se mettre le cerveau à off. C’est super drôle, et il y a juste assez de drama pour vouloir passer à l’autre épisode.

Même si je ne suis pas toujours en accord avec les décisions de Rory et Lorelai, j’ai quand même envie de manger de la junk food, boire beaucoup de café et écouter des films crappy avec eux.  Je vous en parle parce qu’il va y avoir un revival le 25 novembre prochain, qui sera aussi disponible sur Netflix. Quatre épisodes de 1h30. Je suis bien excitée.

Coup de coeur: La saison 2 et les millions de références à la pop culture.
Déception: La saison 7. Pis la chanson thème… if you’re out on the road… fuck, je l’ai dans tête.

PS : #TeamJess

Stranger Things

(source: thisisinsider.com)

OK OK. Je suis pas mal sûre que la majorité des gens ont écouté Stranger Things, ou lu les 10000 reviews sur les blogs, ou fait les 50 quizz Buzzfeed du genre «Which character are you» selon ton signe zodiac (je suis Barbara en passant), mais je vais en parler quand même. Comme The Get Down, on retourne dans le passé – mais cette fois-ci en 1983.

Je n’ai trouvé aucune faille à cette série. Stranger Things a tous les éléments pour un hit Sci-Fi, qui frôle l’horreur. L’ambiance est angoissante, avec du gros synthé, un laboratoire très creepy dans une ville ou rien ne se passe, une petite fille qui a des pouvoirs de télékinésie, un shérif vraiment badass pis des lumières qui flash (mais pas comme celles de Jean-Marc Parent).

Les jeux des enfants est vraiment on point. Je ne connaissais pas vraiment les réalisateurs de cette série mais les Duff Brothers ont vraiment délivré. La série est captivante du début à la fin. Il n’y a aucune longueur.

Winona Ryder portrait brillamment la mère de l’enfant disparu. Je trouve que c’est une de ses meilleures performances des dernières années. Elle m’a fait pleurer quelques fois, d’ailleurs.  Les références des années 80 sont excellentes. On parle des Goonies, de Stephen Spielberg, de Freddy. La musique est bien choisie. On passe de The Clash à Toto’s Africa, jusqu’à Dolly Parton. Vous pouvez aussi trouver la playlist sur Spotify!

Je ne regarderai plus jamais mes lumières de Noël de la même façon.

Coup de coeur: Je veux adopter les enfants, surtout Lucas.
Déception: Aucune. C’est un 10/10.

PS:  La nouvelle saison est confirmée pour 2017!

Mentions spéciales aussi à Luke Cage, Narcos, Making A Murderer, et Orange Is The New Black.

Maintenant allez vous faire un chaï latté à la citrouille accompagné d’un scone aux épices. Peu importe ce que vous avez envie d’écouter, l’important c’est que vous relaxiez et que vous preniez du temps pour vous!

Vous, quelles sont vos séries coup de coeur sur Netflix?

Audrey


Anxieuse et TDA depuis la naissance, Audrey est obsédée par Tumblr, Kendrick Lamar, Brand New & les Gilmore Girls. Elle aime manger, regarder Much Retro, et chiller dans les cafés. Donnez-lui un chaï latté et un biscuit pain d’épices et elle vous aimera pour la vie. Audrey a trois grosses phobies: les chiffres, les araignées, et avoir mal au coeur. Elle ne peut s’empêcher de faire des références au sujet des 90s, Harry Potter ou des Kardashians. Audrey sacre beaucoup (surtout pendant un match de hockey), et Holden Caulfield est son spirit animal. Femme d’opinions, elle peut s’emporter rapidement sur les sujets qui lui tiennent à coeur. Elle sera toujours team Captain America & team Jess Mariano.


(couverture: theverge.com)

Laisser un commentaire