Mon cerveau roule à 100 km à l’heure

vivre-avec-le-tdahDepuis le 14 juin 2016, je suis officiellement diagnostiquée avec le trouble de l’attention et de l’hyperactivité, du type inattention prédominante, mieux connu sous le nom de TDAH. C’est un problème neurologique qui survient à l’enfance, donc le développement du cerveau n’est pas le même, alors son fonctionnement non plus. Ça affecte beaucoup l’attention, l’organisation et les nerfs. Je trouve ce texte super difficile à écrire parce que je veux trop en dire, mais je veux que ça se suive – et pour moi, c’est de la grosse job.

Le TDAH affecte ma vie depuis toujours. L’inattention et le manque d’organisation sont au cœur de mes difficultés. Malgré mes efforts pour y arriver et ma volonté, ça marche pas tout le temps. Même si j’avais la force d’Hugo Girard, j’y arriverais pas.

J’ai la tête plein d’idées. Le problème c’est que j’ai de la misère à les mettre en place. Je travaille beaucoup mieux en équipe que seule. Je suis pas inapte, j’ai juste besoin que quelqu’un me back de temps en temps.

Dès que j’entends mon chum dire mon nom en soupirant, je sais que c’est probablement parce qu’il a trouvé mes clefs dans mes souliers, mon téléphone dans mon armoire à linge, ou encore la pinte de lait dans le garde-manger.

J’ai souvent pensé que j’étais pas normale, surtout quand j’étais jeune ado.

giphy-11

(source: giphy.com)

Ça « existait » pas dans mon temps, le TDAH. Les professeurs pensaient que j’étais paresseuse, que j’écoutais jamais. Tout ce qui est théorique, j’ai de la misère. Les maths, c’était vraiment pas fait pour moi. Ce l’est toujours pas d’ailleurs. J’ai vraiment détesté ces années-là parce que justement, j’avais envie d’être comme les autres. Je comprenais pas pourquoi j’oubliais toute la matière en 10 minutes. Je me trouvais pas intelligente. Même mon prof de maths m’a dit un jour que j’allais rien faire dans la vie.

Quand tu as 15 ans, tu veux être normale, tu veux être dans la gang pis être cool. J’irai pas dans les détails, mais mon adolescence fût très rough émotionnellement. J’en parle rarement parce que c’est des souvenirs que j’essaie d’effacer, mais c’est à ce moment-là que j’ai découvert l’anxiété. La peur d’oublier quelque chose, la peur de ne pas être bonne et la peur de tout gâcher. Parce que je veux être bonne. Je veux être la fucking meilleure tout le temps.

Tsé, quand le prof voyait que t’écoutais pas en classe et qu’il te reposait la question 2 ou 3 fois, c’était vraiment embarrassant hein? Bien ça m’arrive à chaque jour.

giphy

(source: giphy.com)

Mon cerveau roule à 100km à l’heure, 24h/24. Je peux penser à mon partner de technologie de secondaire 3 pis après me demander qu’est-ce que le rappeur Chamillionaire peut bien faire maintenant. C’est vraiment tough de finir un livre. Je dois vraiment embarquer dans l’histoire pour ne pas recommencer la lecture à chaque deux minutes parce que soudainement, je me rends compte que je suis en train de penser à ce que je pourrais bien cuisiner demain soir.

Le TDAH est aussi synonyme d’intensité pour plusieurs, dont moi. Les gens qui en souffrent sont intenses dans tout. Si j’aime quelque chose, je vais fixer sur le même sujet longtemps. J’ai eu un trip Marvel il y a 3 mois, et je connais maintenant l’historique au grand complet. L’inverse est aussi vrai; je peux faire une montée de lait de 2 heures pour expliquer pourquoi j’aime pas telle ou telle célébrité. On est passionnés, et on se donne à 100% dans nos intérêts, peu importe lesquels.

Moi, j’ai pas de zone grise. Je suis rarement capable d’être nuancée. J’aime ou je hais. C’est pour ça que je me tanne vite quand je fais quelque chose dont j’ai pas envie. C’est souvent difficile pour les gens atteint du TDAH d’être stables sur le plan affectif. De mon côté ça va, mais c’est sur le plan travail que ça se gâte. Je dois être stimulée par tout ce que je fais, je dois faire quelque chose que j’adore. Je me force souvent pour ne pas abandonner.

Pour m’aider, mon psy m’a donné le truc de faire mes tâches par tranches de 15 minutes, avec une minuterie. Ça marche, à l’occasion. Je me fais des listes sur mon téléphone avec l’application Wunderlist… parce que j’ai un agenda que je perds tout le temps. J’ai aussi un chum compréhensif, ce qui m’aide beaucoup. Je vais commencer à prendre des médicaments cet automne, donc c’est à suivre.

Ça se peut que je t’écoute plus après un certain temps, même si ton histoire est vraiment captivante. Ça se peut que j’te regarde pas toujours dans les yeux quand tu me parles. Ça se peut que mes émotions soient plus fortes que les tiennes. Ça se peut que j’envoie mon texte en retard pour un blog vraiment cool… (Shout out à Ava pour sa compréhension, love you doll!)

Je vous conseille de consulter si vous avez des signes de TDAH. Avoir la confirmation, ça soulage. Vous pouvez aussi regarder l’excellente émission TDAH mon amour, sur le site de Télé-Québec. On se reconnaît, pis ça fait du bien de savoir qu’on est une pas pire gang qui est pognés avec ça!

Je me suis finalement acceptée comme je suis. Ça fait partie de mon charme! Pis fuck la normalité, c’est plate de toute façon 😉 ! En tout cas, je me rappelle pu où je m’en allais avec ça… faque je vais aller manger une crème glacée…

Oh! Un chat! 👀

Audrey


Anxieuse et TDA depuis la naissance, Audrey est obsédée par Tumblr, Kendrick Lamar, Brand New & les Gilmore Girls. Elle aime manger, regarder Much Retro, et chiller dans les cafés. Donnez-lui un chaï latté et un biscuit pain d’épices et elle vous aimera pour la vie. Audrey a trois grosses phobies: les chiffres, les araignées, et avoir mal au coeur. Elle ne peut s’empêcher de faire des références au sujet des 90s, Harry Potter ou des Kardashians. Audrey sacre beaucoup (surtout pendant un match de hockey), et Holden Caulfield est son spirit animal. Femme d’opinions, elle peut s’emporter rapidement sur les sujets qui lui tiennent à coeur. Elle sera toujours team Captain America & team Jess Mariano.


(couverture: Lacie Slezak, unsplash.com)

Laisser un commentaire