Welcome to the jungle: quand l’ambiance au bureau devient trop lourde

you-cant-sit-with-usJ’ai personnellement plus ou moins aimé l’époque de mon secondaire. J’avais des pas pire notes, j’avais des amis et un p’tit chum, je faisais des activités parascolaires. Quand on regarde ça, ça pas l’air si pire que ça. En fait, ce qui a gâché cette période de mon adolescence, c’est l’intimidation dont j’étais victime. Encore à ce jour, je ne comprends pas ce qui a poussé des ‘amis’ à me nuire autant, en me faisant une réputation de saloppe. Était-ce parce que j’avais des amis de gars parce que que je faisais beaucoup de sports? Allez savoir. Mais à cause de ça, j’ai vraiment eu beaucoup de problèmes d’estime et de difficulté à me sentir à ma place, peu importe où j’étais. Les séquelles de l’intimidation sont réelles. En vieillissant, j’ai appris à faire la paix avec cette période de ma vie, en me disant que des ados, c’est souvent méchants et immatures entre eux. J’avais donc bin hâte d’être une vraie de vraie adulte pour pu me faire écoeurer!

Tsé, le monde des adultes. Lol…

Me voilà maintenant dans la trentaine, sur le marché du travail. Je suis une adulte dans un monde que je croyais plus peaceful qu’il ne l’est en réalité. Je me sens comme un poussin dans un poulailler rempli de coqs voulant se prouver plus les uns que les autres. À mon grand désarrois, il y a encore des guerres de coolness and clueless. Au bureau, ça parle de la vie de l’un et l’autre, ça se pile dessus en espérant gravir des échelons. Il y des odeurs de haine et de griefs, certaines personnes rentrent à reculons dans la peur de se faire réprimander pour des choses pourtant légitimes pendant que d’autres tombent en arrêt de travail, sombrant sous la pression… Mais qu’est-ce qui se passe dans le monde des adultes?

Je me sens comme une enfant qui vient de découvrir que le Père Noël n’existe pas. C’est donc bin pas cool comme feeling. Désillusion totale.

Je vous écris ça tout en étant encore dans le néant face à cette jungle, sans comprendre ce qui nous mène, nous les grands, à agir pire que des ados. Mon papa est plus fort que l’tien, level 100.  Je pensais que les sentiments que je ressentais autrefois face aux autres ne reviendraient pas, mais ça va toujours me blesser quand quelqu’un s’attaque à ma personne  – et je ne suis probablement pas la seule. Ce qui est différent d’autrefois par exemple, c’est que je peux maintenant arriver à me défendre avec de la force et de la patience. Vous en parlerez à la personne qui a tenté de minimiser le sérieux de mon état de santé lors d’un arrêt médical! J’ai la paix, parce que j’ai décidé que je me donnais le droit d’avoir la paix. Alors j’ai parlé. Parce que quand on se sent attaquée inutilement, croyez-en mon expérience, faut pas attendre que ça dégénère. Parlez-en. Personne n’a le droit de vous rabaisser – ni un collègue, ni un patron. Faut pas avoir peur de passer pour un stool, parce que c’est pas les autres qui vivent avec cette situation, c’est vous. Et s’il y en a d’autres qui vivent la même chose, unissez-vous au lieu de vous juger entre vous. L’union fait la force dit-on.

On essaye tu de changer le monde voir ce que ça donne?

Bon, je vous laisse, c’est l’heure de Watatatow. #foreverteen

Alice

 


(image de couverture: baldmove.com • montage: Ava)

Laisser un commentaire