Parfois j’engraisse un peu, parfois je maigris un peu, pis c’est correct

peu-importe-mon-poids

J’ai toujours été de nature sportive. Dès mon jeune âge, je pratiquais plusieurs sports comme la gymnastique acrobatique, le ski et le snowboard, le football, name it. J’ai donc toujours eu une bonne masse musculaire, ce qui fait que je n’ai jamais eu la peau sur les os. En plus, je suis pas mal courte sur pattes (4’11). À l’adolescence, vers 13-14 ans, mon corps s’est mis à se développer, comme pas mal toutes les filles de mon âge. Dans ma famille, notre héritage, c’est notre bunda. Mes hanches sont donc apparues assez rapidement, et on m’appelait ‘J.Lo’. J’essayais d’en rire mais avec le temps, je me suis mis à me comparer à mes amies qui elles, n’avaient pas autant de hanches que moi, ou qui avaient des seins alors que je n’en avais pas beaucoup.

À 16 ans, je suis tombée malade (ce qui m’a fait arrêter l’école temporairement) et j’ai pris du poids, puisque je n’avais plus assez de force pour faire autant de sports et que je prenais des médicaments qui jouaient sur ma ligne. N’étant pas très grande, ça parait quand je prends 5 lbs, alors imaginez 25-30 lbs! Bref, les gens ont commencé à me juger, et la rumeur était que j’avais lâché l’école par paresse et que je restais chez moi à m’empiffrer et écouter la télé.

(source: tumblr.com)

Ça m’a pris environ 2 ans avant de ravoir ma shape habituelle et perdre ce ‘surplus’. Début vingtaine, j’étais devenue très trop consciencieuse de mon poids. Je comptais mes calories et je m’assurais que si je me permettais une gâterie, je calculais ma portion. Un soir, j’étais dans un souper de famille et mon poids est venu sur le sujet. On me mentionnait à quel point j’avais maigri, et ma mère trouvait même que j’étais rendue trop mince. Mes amis aussi blaguaient sur le fait que j’étais microscopique. Normal, à 86 livres.

C’est un secret pour personne, les régimes miracles, ça dure juste un certain temps. Quand tu te remets à manger un peu plus, le poids revient vite. Alors j’ai commencé à jouer au yoyo. Et les gens me jugeaient, peu importe le poids que j’avais. J’étais soit trop grassouillette, soit trop mince. Pis un moment donné, je me suis mis à ne plus être bien, peu importe la taille que j’avais.

Ça m’a pris du temps, des années, mais je me suis finalement rendue à l’évidence que les gens ne cesseront jamais de juger! J’ai aussi réalisé que je ne suis pas la seule à vivre ça. Quand je pense que les magazines mentionnent que Jennifer Lawrence est ‘grosse’ (!), et qu’il faut la photoshopper, ça me rassure parce que, selon mon opinion personnelle, c’est de la bullshit écrite par des gens pas bien dans leur peau.

C’était tu vraiment nécessaire?
(source: pinterest.com)

Same pour Amy Schumer, ou Adèle, qui a une voix incroyable mais dont le poids fait les manchettes. Ces femmes sont toutes différentes, belles, talentueuses et inspirantes à leurs façons. Et que dire de la magnifique Ashley Graham qui affiche fièrement ses courbes?

Tout ça pour dire que, rendue à 31 ans, j’ai réussi à faire la paix avec mon poids. J’pas grosse, j’pas mince, j’suis moi. C’est sûr que parfois, quand j’essaie mes OOTD, je me regarde dans le mirroir en me demandant si mon choix me donne une pas pire shape, si ma cellulite parrait pas trop dans mes shorts. Mais je finis toujours par me dire que je suis une femme, j’ai des formes de femme, et je suis belle ainsi. En passant, 80% à 90% des femmes ont de la cellulite, pis c’est dans nos gènes, alors aussi bien l’accepter!

Parfois j’engraisse un peu, parfois je maigris un peu, mais le plus important, c’est que c’est OK, et qu’on s’en fou pas mal de ce que les autres peuvent penser!

Cynthia

(photo de couverture: Catherine McMahon, unsplash.com)

Laisser un commentaire