Vivre son deuil

vivre-son-deuilLe deuil, quel moment difficile d’une vie. Qu’il soit gros ou petit, ça ne change pas que c’est pénible. Il y a deux semaines, ma grand-mère est décédée subitement. Personne n’était préparé à ça. Nous avons tous dû composer avec sa mort, comme dans l’urgence.

En un mois et demi, j’ai vécu pas mal d’affaires. Une séparation, un deuil d’avoir une relation qui dure, un deuil d’avoir plein de bébés, un deuil de vivre à deux et de vivre le rêve familial. Tsé là, la maison, le beau char, les enfants, le chien pis la piscine. J’ai dû déménager, j’ai dû m’adapter et aussi vivre l’adaptation du chien saucisse dans le nouveau condo, et finalement, j’ai dû vivre le deuil de ma grand-mère. Tout ça, en vivant un retour au travail suite à un arrêt de 3 mois suivant une fausse couche (un autre deuil pas pire important, tsé).

J’ai hâte que la vie ma lâche un peu. J’ai hâte de souffler. Ça s’en vient, j’le sens.

Il semblerait qu’il y ait 5 phases au deuil. Je ne sais pas si c’est parce que je suis déjà dans le processus depuis un boutte, mais me semble que pour ce deuil-ci, j’ai skippé quelques étapes. Bon, j’ai été dans le déni total pendant une semaine, je n’ai pas ressenti mes émotions, je me suis coupée totalement de ce qui se passait. Mettons que je n’avais pas le temps d’être en deuil là là. Ça tombait mal. Meilleur mécanisme de défense EVER: se dissocier! Bon, faut quand même se reconnecter après là…

Puis, il y a eu le service. Pas le choix hein, c’est là que ça allait se passer. Pas eu le choix de voir mes parents, mon frère, la fratrie de mon père, tout ces gens qui pleurent la même personne que moi et qui gèrent tout ça d’une façon différente. J’ai skippé la colère, le marchandage et la dépression. Je suis déjà pas mal à terre alors, un deuil de plus ou de moins.

J’ai pas eu le choix, j’ai accepté. J’ai pas eu le choix, j’ai arrêté de me dissocier. Les émotions sont revenues à la course.

De voir autant d’amour pour cette femme, d’entendre autant de belles choses sur ma grand-mère. De voir le regard des autres sur la personne qu’elle était et de voir qu’elle a marqué tant de gens. De prendre conscience qu’elle n’était pas que ma grand-mère. Qu’elle était aussi une amie, une tante, une bénévole bien aimée. De réaliser qu’elle n’allait plus être à la maison pour faire son ragoût de pattes, qu’elle ne m’appellerait plus pour ma fête, qu’elle allait laisser un grand vide dans la vie de sa meilleure amie et coloc depuis 19 ans…

À la fin de Si Dieu Existe, je n’en pouvais plus. J’avais des larmes de mangas qui me sortaient des yeux, j’étais rouge tomate et j’en avais rien à cirer que mon mascara me coule partout dans la face. Je vivais ma peine, je pleurais ma grand-mère. Silencieusement, je lui disais tout ce que j’aurais voulu lui dire avant son départ précipité. Silencieusement, je pleurais pour tous ceux et celles qu’elle laissait derrière.

Je me suis rendue compte que peu importe comment on gère les situations difficiles dans nos vies, tout ce qui compte c’est qu’au bout de tout ça, on soit capable de faire la part des choses.

Qu’on soit en file à côté de son bro pour recevoir les sympathies et qu’on éclate de rire en se rappelant des bons souvenirs, ou qu’on soit telle une pleureuse italienne, échangeant nos larmes avec tous ceux qui donnent leurs condoléances… ça revient au même si, au final, on est capable de faire la paix avec soi-même.

Maude

(photo: x)

4 commentaires sur Vivre son deuil

  1. Melanie
    16 mai 2016 at 7:58 (1 année ago)

    Good job girl! , ça s’en vient , ça va te lâcher pis toi et la saucisse allez rocker solide 😉

    Répondre
  2. Valérie
    16 mai 2016 at 9:30 (1 année ago)

    Bravo, ma belle amie. Merci d’avoir ouvert sur un sujet aussi personnel et difficile; je crois que ça en rejoindra plusieurs. Et comme Mélanie, je crois que les bonnes nouvelles s’en viennent :) xo

    Répondre
  3. Sandra
    16 mai 2016 at 9:35 (1 année ago)

    Quel beau texte sincère qui résume bien un événement crucial de la vie, que chacun vivra d’une manière distincte et propre à soi. Merci Maude xxx

    Répondre
  4. legault
    17 mai 2016 at 6:09 (1 année ago)

    Wow Maude comme c’est beau ca …..et oui je pleure de t’avoir lu je t’envoi bcp d’onde positive,lache pas un jour a la fois! xxx

    Répondre

Laisser un commentaire