Cheryl, il faut qu’on parle

Aujourd’hui, c’était la journée pijama & chocolat chaud au bureau. Naturellement, l’ambiance était vraiment relax, et tout le monde était bien heureux (ou sur un trip de sucre intense après la 4e tasse), tout vêtu de mou. Mais moi j’étais fâchée. J’étais fâchée parce qu’en fouinant sur les internets, je suis tombée sur un article qui parlait de Cheryl Tiegs, une ancienne supermodel, qui a critiqué le cover du Sports Illustrated Swimsuit Edition qui met en vedette Ashley Graham;

« I don’t like that we’re talking about full-figured women because it’s glamorizing them because your waist should be smaller than 35 inches. That’s what Dr. Oz said, and I’m sticking to it. No, I don’t think it’s  healthy.”

J’étais fâchée, dans mon pyjama one-piece (taille plus – Cheryl serait scandalisée!) de Batman, parce que son commentaire est pas seulement stupide, il véhicule aussi une idéologie vraiment dangereuse.

Ce qu’elle a fait, c’est du body shaming. Et y’en a déjà en masse un peu partout, on a vraiment pas besoin d’en ajouter. On se bat sans cesse pour faire tomber les stéréotypes, et y’a des petits pas qui ont été faits dans les dernières années – tous petits mais qui donnent tellement d’espoir à la cause.  Pis là on a Cheryl qui sort de nulle part, et qui rajoute une brique de plus dans un sac à dos de low self-esteem au poids écrasant que beaucoup de femmes trainent déjà depuis trop longtemps.

Elles sont combien, les filles qui ont un corps qui ressemble vraiment plus à celui d’Ashley Graham qu’à celui de Kate Moss? Elles sont combien, les filles qui se font redire jour après jour par la société que leur corps fitte pas avec les standards, et qu’elles devraient ressembler à quelqu’un d’autre? Qu’elles devraient impérativement perdre du poids pour être belles? Est-ce qu’on peut mettre un moratoire sur l’obsession du chiffre, SVP?

On parle de santé de santé de santé, mais est-ce que quelqu’un s’est arrêté deux secondes pour penser que la santé mentale, c’est tout aussi important? Se sentir bien dans sa peau et s’aimer, s’accepter, c’est fondamental ça aussi. Et c’est un peu difficile à faire quand tu te fais bombarder d’images de modèles méga maigres et élancées à qui tu ne ressembleras jamais, peu importe ce que tu fais. Plusieurs troubles alimentaires naissent du fait que les filles, justement, se font dire qu’elles sont trop grosses. Que ce soit directement par des imbéciles comme Cheryl, des enfants méchants à l’école, un ex vraiment pas doué avec les mots qui les faisait sentir cheap d’avoir pris un peu de poids, ou indirectement, par la société qui les compare sans cesse à d’autres. En essayant de maigrir rapidement et drastiquement parce qu’elles se trouvaient différentes. C’est pas sain. C’est pas non plus healthy. Désolée, Cheryl.

Et les gens se cachent toujours derrière la même excuse, en essayant de se donner le rôle du bon jack qui « veut seulement que les gens soient en santé », tandis qu’ils contribuent inconsciemment à te fucker l’intérieur on the side.

Ça fait tellement du bien de voir une fille un peu chubby qui score un cover de magazine aussi prestigieux. C’est la première fois dans les 52 ans d’existence de la revue qu’une modèle considérée Plus Size fait la couverture. C’est quand même pas de la marde!

Ashley Graham - Sports Illustrated

source: sportsillustrated.com

La représentation, c’est important. En grandissant, les petites filles de ce monde, peu importe leur taille et leur race, elles ont besoin de voir des femmes comme elles à la télé et dans les revues. Elles ont besoin de pouvoir s’identifier à des vedettes qui ont le même look ou le même type de corps pour comprendre qu’elles sont belles, elles aussi.

L’affaire, c’est que tu peux être chubby et healthy. Tu peux être mince et healthy, tu peux même être gros et healthy. Et (breaking news!) le contraire est aussi vrai : tu peux aussi être mince et pas en forme pentoute.  C’est pas en regardant quelqu’un sur une photo que tu peux évaluer si elle est en santé ou pas. C’est pas non plus en citant un famous doctor (qui aime dont ça passer à la tivi et dire des affaires pas toujours vraies pour attirer l’attention) que ça fait de toi une diplômée d’une école de médecine fancy, et que tu as le droit de te prononcer sur le corps des autres et ce à quoi il devrait ressembler.

Et surtout, c’est pas parce que tu as une taille de moins de 35 pouces que tu es en santé. (Mais quelle mesure de merde, sérieusement). Ta valeur en tant que personne n’est pas inversement proportionnelle au chiffre sur le p’tit ruban qui mesure ton tour de taille. Ni le chiffre que tu vois sur la balance.

Si tu veux perdre du poids pour toi, et que tu le fais de la bonne façon – good for you.
Si tu te trouves belle comme tu es, et que t’es bien dans ta peau – good for you.

tumblr_mo7vsamelq1s5tztao5_400source: giphy.com

You can love yourself at any size.

Y’a personne d’autre que toi qui a son mot à dire. Surtout pas Cheryl Tiegs.

…. C’est qui elle, anyways?

Ava xx

Laisser un commentaire